Blog

Produire Bio : Un Business Comme Les Autres ?

Juin 05, 2014| 0 Comment

En Europe, les produits bio génèrent
21 milliards d’euros de chiffre d’affaires.
Un succès qui s’est accompagné
d’une forte industrialisation des modes de production.
Quant aux idéaux du commerce équitable,
ils sont battus en brèche
par ceux qui rémunèrent la main-d’oeuvre à vil prix.
Enquête sur un business
qui n’est pas exempt de pratiques scandaleuses.

En Roumanie, de gros investisseurs rachètent les terres de petits paysans
pour pratiquer sur des milliers d’hectares des cultures et de l’élevage « bio »,
notamment de brebis alimentées l’hiver avec du maïs transgénique.
En Thaïlande, des crevettes « bio » élevées dans des fermes géantes
consomment de la nourriture industrielle
et sont en contact avec des produits chimiques.
En Chine, des élevages de dindes et de poulets
ne doivent leur étiquette « bio » qu’à un trafic illégal de documents.
En Espagne, des tomates « bio » poussent à côté de champs
en culture intensive généreusement arrosés de produits phytosanitaires…

L’enquête de Christian Jentzsch montre
que l’explosion de la demande en produits bio
a conduit à une industrialisation systématique des modes de production.
Dans nombre de cas, celle-ci s’opère au détriment
de l’environnement, des petits agriculteurs et de la qualité des produits.
Car, de plus en plus, ce sont de grands groupes internationaux
ou la distribution discount qui contrôlent le bio.
Ici comme ailleurs, la loi du marché s’est imposée.
Une situation rendue possible par la multiplicité des organismes de certification
(plus de cent labels et marques bio rien qu’en Allemagne),
par la négligence d’ONG parfois peu regardantes
et par une réglementation européenne finalement peu contraignante.
Quant aux idéaux du commerce équitable portés par les premiers adeptes du bio,
ils sont battus en brèche par ceux qui rémunèrent la main-d’œuvre
— paysans locaux, voire immigrés sans-papiers —
à vil prix.

About AuthorConsoLocale.com

73 Total Posts

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :