Blog

Les agriculteurs court-circuitent la crise rurale

Jan 05, 2016| 0 Comment

Depuis quelques années, le secteur agricole français traverse une crise sans précédent. Selon le ministère de l’Agriculture, à l’été 2015, entre 22 000 et 25 000 exploitations étaient au bord du dépôt de bilan. Un nombre qui représente près de 10% des agriculteurs français. Face à ce constat, l’Etat a annoncé un plan de soutien comprenant notamment 100 millions d’euros d’allègement des charges.

Dans ce secteur très fragilisé, les agriculteurs tentent de trouver des solutions. Ils réfléchissent et élaborent des réponses alternatives à la crise qui frappe l’agriculture.

En Haute-Normandie, l’association Les Défis Ruraux, créée entre autres par des agriculteurs, soutient activement les nouvelles pratiques agricoles plus durables et veut dopérer un changement dans les modes de production et de distribution.

Depuis plusieurs années, Les Défis Ruraux s’investit notamment dans le développement des filières courtes sur le territoire normand. Pour l’association, ces filières contribuent non seulement à restaurer le lien social entre les producteurs et les consommateurs mais présentent aussi des avantages économiques considérables : elles garantissent un revenu plus juste pour les producteurs, permettent la diversification des activités agricoles et favorisent l’emploi.

A Bréauté, les jeunes éleveurs Aldric Vandermeersh et Benoît Decultot ont décidé de maîtriser toute la chaîne de production. Il y a un an, ils ont créé laiterie « Brin d’herbe ». Accompagnés par Les Défis Ruraux, ils mettent au point un petit laboratoire de transformation laitière partagé situé sur la ferme d’élevage d’Aldric. Convaincus de l’intérêt économique, social et écologique des filières courtes, les deux éleveurs produisent des yaourts, du beurre et du lait provenant exclusivement de leurs exploitations et vendus directement à la ferme.

A Epreville, près de Fécamp, cinq agriculteurs souhaitent mettre au point eux aussi un système de vente directe de leurs produits. Mais comme aucune de leur ferme respective ne peut accueillir de point de vente, ils décident d’ouvrir un magasin collectif. Inauguré en février 2014, leur supermarché « De la ferme au panier » court-circuite la grande distribution. Il propose de nombreux produits issus du travail des cinq agriculteurs et éleveurs à l’origine du projet ainsi que d’autres producteurs de la région fécampoise.

L’approvisionnement en produits locaux des cantines scolaires haut-normandes fait aussi partie du plan d’action des Défis Ruraux en faveur des filières courtes. L’association a notamment apporté son soutien à Michel Dubois, cuisinier au sein du Groupe Scolaire de Gaillefontaine et fervent défenseur d’une alimentation locale de qualité. Il se rapproche de Jean-Marc Maguin, maraîcher dont l’exploitation se trouve non loin du groupe scolaire. Deux fois par semaine, l’agriculteur livre au cuisinier ses produits biologiques et ses légumes.

About AuthorConsoLocale.com

73 Total Posts

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :